2012, Maurice GOUIRAN

Maurice Gouiran est né en 1946 au Rove, près de Marseille, dans une famille de bergers (de chèvres du Rove bien entendu…) et de félibres. Son enfance tranquille dans les collines de l’Estaque lui donne à jamais la passion de cette nature rude et généreuse à la fois. Étudiant au Lycée Saint-Charles, il oscille entre les maths et les calanques. Cela finit malgré tout, quelques années après, par un solide doctorat en mathématiques !
Plus tard, Maurice Gouiran, devenu spécialiste en informatique appliquée à la gestion des feux de forêts, effectue en tant que consultant pour l’ONU, de nombreux voyages autour de la Méditerranée, et toujours pour la prévention des incendies de forêts. L’enfance dans les collines du Rove n’est jamais très loin. Il enseigne par ailleurs, à l’Université, dessine dans un journal satirique, dirige une équipe de foot, s’essaie à la peinture, aux mots croisés, et même au journalisme… Et depuis son «Prix Sang d’Encre des Lycéens» il passe de plus en plus de temps dans les salons et manifestations littéraires, dans les classes aussi, à la rencontre de ses lecteurs, petits et grands !
Inébranlable. Dans ses polars, Maurice GOUIRAN ne s’attache pas aux chiffres de l’Histoire, il s’attache à la chair, à la terre et aux hommes. Il nous conte les méandres de leurs vies, il met des noms sur les morts… Il fait remonter à la surface les souvenirs, les tabous, les non-dits… Il nous fait sentir les brûlures du soleil, les odeurs des collines, il fait suinter la souffrance et la peur des victimes… Il n’invente (presque) rien, il n’enjolive pas (ou si peu), il ne donne pas de leçon, il nous ouvre les yeux !
Maurice Gouiran a le style incisif, le rythme télescopique, l’intrigue ironique et des personnages trempés dans le sang, la sueur et le pastis. Il est, en quelques romans, devenu une fine lame du polar . Une réussite littéraire saluée par la critique.
“… un style gouleyant et jubilatoire…“ … à consommer saignant et sans modération…” “… Des polars endiablés et citoyens…” “… son style incisif et ironique l’inscrit dans la grande lignée des auteurs de polars noir satiriques… à lire d’une traite, passionnant…”“… Et on se dit que Maurice Gouiran est peut être celui qui sait le mieux coucher Marseille sur le papier dans toutes ses nuances. Une réussite!…”

PRIX SANG D’ENCRE DES LYCÉENS 2003 pour « La nuit des bras cassés »
PRIX VIRTUEL DU POLAR 2006 pour « Sous les pavés la rage.
Auteur de (déjà) 19 romans, Maurice GOUIRAN voit désormais chacun de ses polars nominés dans la plupart des Prix Polars.
Il est en quelques années devenu un auteur incontournable, respecté pour la virulence et la justesse de sa plume!

Sur nos cadavres, ils dansent le tango: Jigal polar (adulte)

TRAGIQUE ET ÉDIFIANT

Vincent de Moulerin, notable marseillais et conseiller municipal, vient d’être abattu de quatre balles de 11.43 dans un parking souterrain du centre-ville.
Emma, jeune lieutenant de police au look étrange se retrouve en charge de l’enquête sur ce meurtre apparemment crapuleux. Mais, suivant son instinct et les conseils de Clovis, elle décide de fouiner dans le passé de la victime…
De Moulerin est en effet un ancien colonel des paras qui a fait le coup de feu en Indochine…
Il y est devenu un expert reconnu de la guerre antisubversive, appliquée en Algérie et bientôt exportée et enseignée avec succès en Argentine.
L’Argentine, où en 76 une clique de généraux prend le pouvoir, instaure la dictature et terrorise le peuple : enlèvements, disparitions et tortures sont alors le lot de tous les opposants réels ou supposés.
Et puis il y a Kevin, le petit-fils de Vincent, un ado apparemment disjoncté, qui bien que vivant reclus dans sa chambre et passant sa vie dans Second Life est en train de comprendre beaucoup trop de choses…
Mais quel rapport existe-t-il donc entre le Mondial Argentin de 78, l’École de Mécanique de Buenos Aires, Videla et sa junte, les bruits de bottes dans la Médina d’Alger, la Patagonie, les « desaparecidos », Kevin et Vincent de Moulerin… ?

Partagez !

Les commentaires sont fermés.