2016, Jean-Yves Laurichesse

Jean-Yves Laurichesse vit à Toulouse, où il est professeur de littérature française à l’Université.
Il publie son premier roman, Place Monge, en 2008.
Ce livre constitue, avec Les pas de l’ombre et Les brisées, publiés en 2009 et 2013, une petite trilogie familiale et personnelle.
Deux autres romans, L’hiver en Arcadie (2011) et La loge de mer (2015), sont plutôt des fictions poétiques et oniriques.
Mais tous ont en commun d’explorer les liens secrets qui, en certains lieux, unissent le présent et le passé, le réel et l’imaginaire.
Jérôme Garcin a consacré son « Coup de cœur » du Nouvel Observateur à trois romans de Jean-Yves Laurichesse, qui a reçu le prix littéraire de la Ville de Balma en 2009 pour Place Monge et le prix ARDUA (Association Régionale des Diplômés des Universités d’Aquitaine) en 2013 pour l’ensemble de ses livres.

La loge de mer
(Le temps qu’il fait)

Un homme arrive en train dans une ville inconnue proche de la mer.
Entré au musée par désœuvrement, il est fasciné par une scène figurant sur un retable du XVe siècle.
Il se trouve pris alors dans un réseau serré de rencontres, d’images, de rêves, et mêlé malgré lui à un fait divers crapuleux.
De signe en signe, entre ombre et lumière, une histoire se construit, qui va changer sa vie.

« C’est avec un sentiment d’étrangeté que l’on referme ce prenant petit livre, le cinquième de l’auteur. […]
Au cœur de ce texte rythmé à l’identique du lent pas d’Hermann, allant et venant sans but, la force de l’image. […]
Le récit progresse ainsi, de manière quasi-cinématographique, par une succession de plans-séquences, avec arrêts sur image, des descriptions comme celles de tableaux. […]
Mais il est clair que l’intrigue « policière » n’est qu’un prétexte, l’auteur n’en usant que pour mieux installer une atmosphère de mystère, et cerner la vérité de ses personnages. […]
Un roman troublant à la belle écriture fluide, pétri de références, dont celle de Claude Simon, avec ce grand acacia près de la demeure d’Elena. »

Nicole Gaspon, Le Travailleur catalan, 17 juillet 2015

*

Partagez !

Les commentaires sont fermés.