2019, Édito

André Malraux.
Jean Vilar.
Pourquoi invoquer ces deux figures tutélaires de la Culture – et peut-être en passe d’être oubliées ?
Parce qu’il faut sans cesse réaffirmer la nécessité de faire accéder chacun à la culture à laquelle il a droit.
Oui, la Culture est un droit.
La Culture doit être populaire.
La Culture doit être ouverte à l’autre.

À l’heure où montent des tensions entre les communautés comme entre les peuples, il n’est pas question de renier les cultures qui ancrent chacun d’entre nous dans une histoire à la fois individuelle et collective.
Pas question non plus de les opposer ou de les hiérarchiser.
C’est en les accueillant toutes dans un esprit d’ouverture, en s’enrichissant de leurs divers apports que nous réussirons à vivre ensemble dans le respect de nos différences.

Parmi les auteurs présents au salon 2019, certains nous parlent avec empathie de peuples lointains ou plus proches de nous, de leur passé comme de leur présent, paisible ou plus douloureux.
D’autres évoquent des terroirs, des régions, riches de mémoire mais également capables de nous faire rencontrer.

Mais, pour que la Culture soit vivante, elle se doit d’être populaire.
Elle doit apporter à chacun, quel qu’il soit, d’où qu’il vienne, la part de rêve, de réflexion qui le raccrochera à la seule communauté qui vaille : celle des hommes.
Et comment mieux intégrer les jeunes générations à cette communauté si ce n’est en leur facilitant l’accès à la lecture ?
C’est ce que s’emploie à faire notre association en permettant aux enfants de l’école élémentaire de Montgiscard de décerner pour la deuxième fois les deux prix Jeunesse du Livre d’Hiver.

Philippe Leroyer

Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Partagez...

Les commentaires sont fermés.