Gérard Muller

Partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page


Son site

Ancien ingénieur dans l’industrie spatiale, expert en pilotage de satellites, Gérard Muller a tourné une page de sa vie en 2012.
S’il a conservé une activité de consultant auprès de PME toulousaines, c’est à l’écriture que ce jeune auteur de 66 ans se consacre principalement à travers l’atelier qu’il anime au sein de l’association Philémon et à travers ses romans, dont le dernier «Les lauzes de Jujols» vient d’être publié aux Presses Littéraires.
Le roman a déjà remporté le Prix Roussillonnais des Écrivains ainsi que le Grand Prix spécial de la Société des Poètes et Artistes de France.

Son dernier polar, « Même les mémés aiment la castagne », vient aussi de remporter le Prix Polar des Gourmets de Lettres, prix sous l’égide de l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse.

Les lauzes de Jujols
(Les Presses Littéraires)

Gilles est animateur social et culturel en banlieue parisienne.
Il vient de vivre un épisode dramatique.
Pour tenter de se changer les idées, il décide, pendant ses vacances, de visiter à pied la région du Conflent dans les Pyrénées-Orientales.
Il découvre, dès la première journée de randonnée, au détour du chemin, un village abandonné et maudit : Jujols, en face du Canigou.

Séduit par le charme du petit bourg, il décide de s’y installer pour tenter d’y fonder une auberge et un gîte, malgré la réputation sulfureuse des lieux.
Une jeune SDF rencontrée sur les trottoirs de Perpignan va l’aider dans sa tâche, rejointe par un charpentier Compagnon du Devoir.

Ensemble, ils vont entreprendre la réhabilitation de la commune dont le passé douloureux resurgit à mesure des travaux, leur mettant des bâtons dans les roues.
Le mystère de la malédiction de Jujols, lié entre autre aux vieilles légendes catalanes, sera résolu en même temps que le passé de Gilles sera exorcisé et que le projet verra le jour.

Lu 105 fois

Les commentaires sont fermés