Maurice Foissac

Partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

De souche toulousaine, de la Costo Pavado, Maurice Foissac complète son doctorat ès Biologie (option Ecologie animale) par un stage post Doc au Québec puis par un III° cycle en Urbanisme au Mirail.
Il enseigne dès 1970 à l’Unité Pédagogique d’Architecture devenu ENSA Toulouse : l’écologie humaine, l’architecture rurale, le paysage, la scénographie et la communication.
En 1999, détaché à la Culture Scientifique Technique Industrielle suite à un cancer, il découvre « Les premières fois qui ont inventé la ville : Paris » de Philippe SIMON au pavillon de l’Arsenal.
Malgré ses efforts, ne pouvant accueillir cette exposition il assure la réalisation des « Premières fois de Toulouse » en 2003 pour Science Animation.
Il lui faudra atteindre la retraite pour avoir le temps de finaliser ce livre, véritable travail d’entomologiste, avec une très légère frustration, « ..car j’ai abandonné plus de trente thèmes »,  qu’il a tôt fait de combler en offrant des visites guidées à son entourage.

Les premières fois de Toulouse
(Cépaduès)

Avec « Les premières fois de Toulouse » remontons à la genèse des éléments qui font la ville, au gré des couleurs rouge, bleu, vert, jaune identifiant les quatre thématiques : Techniques, Société, Architecture et Urbanisme.
Mieux comprendre c’est déjà aimer un peu, apprécier l’esprit, la culture toulousaine dont les chromosomes romains et wisigothiques se métissent depuis vingt siècles d’hérésies, d’Europe, de pastel, d’Afrique, d’Asie, d’avionique ou de Bel Canto.
Ses générations de pitchouns ont survécu aux crues, aux incendies , aux épidémies et restent capables en quelques minutes de mettre en liesse la place du Capitole pour « leur » Stade ou de la faire pleurer pour « leur » Nougaro en une alchimie que les touristes nous envient !
Au travers de 160 échantillons, découvrons l’évolution d’un organisme complexe : non ce n’est pas de l’Histoire, c’est du Vivant !

Lu 79 fois

Les commentaires sont fermés