Moi, Jean Pigasse, ouvrier du Canal

Ce roman historique donne la parole aux petites gens, ces ouvriers qui au XVIIe siècle ont œuvré pour la construction du Canal du Midi.

Avec Jean Pigasse, témoin et acteur, nous suivons l’aventure du Canal, nous revivons l’ambiance des chantiers, nous partageons les difficultés des ouvriers comme leur émerveillement face aux innovations techniques, et nous participons à l’édifications des ouvrages d’art : le creusement de la Rigole, le lac de Saint-Ferréol, le pont-canal du Répudre, le tunnel du Malpas…

Nous suivons aussi l’évolution de ce petit bûcheron qui apprendra à lire et à écrire.

Arrivé à la fin de sa vie il laissera à travers ses mémoires le témoignage d’une aventure humaine extraordinaire.

(éditions du Cabardès)

Michèle Teysseyre

Fiche auteur sur le site du CRL

Elle est née à Toulouse où elle vit, peint et écrit, mais c’est par le biais de la gastronomie avec Saveurs et senteurs de la Sérénissime (éd. Clairsud, 1999) qu’elle consacre à sa ville de prédilection, Venise, un premier livre.
Elle poursuit avec Moi, Veronica Franco, courtisane à Venise (Clairsud éd 2007), roman évoquant une courtisane lettrée et musicienne parmi les plus célèbres de Venise au 16e siècle.
En 2011, elle consacre son deuxième roman, La Tintoretta (Claisud) à la fille du Tintoret, peintre vénitienne, Marietta Robusti. Plus récemment, c’est avec Loin de Venise. Vivaldi, Rosalba, Casanova (éd. Serge Safran, 2016) que l’amoureuse de la cité des Doges nous dépeint trois de ses fervents admirateurs qui y ont connu la gloire et alors qu’ils en sont exilés.
Trois récits que le thème unit, et l’élégance du style de l’auteure.
Et bien sûr Venise.
Il ne faut pas oublier que Michèle Teysseyre est peintre et participe à des expositions où la Sérénissime trouve sa place, ni qu’elle est cinéaste et lui a consacré un documentaire.
Ce qui n’empêche pas son cœur de battre en Occitanie.
Preuve en est l’intérêt qu’elle porte au Canal du Midi à travers deux romans historiques : Monsieur Riquet et Moi, Jean Pigasse, ouvrier du Canal (éd. du Cabardès 2017) ainsi qu’un film documentaire en collaboration avec Jean Périssé, La Fabuleuse Histoire de monsieur Riquet (2014).
Pour faire bonne mesure, il faudrait encore citer son Marco, récit d’un autre voyage, (Centro Internazionale della Grafica di Venezia, 2007 – Édition bilingue) où en quelques poèmes en prose se trame le voyage intérieur parallèle au voyage réel en Chine de Marco Polo, l’explorateur-marchand vénitien.

« Nous rêvons nos vies » lui fait dire Michèle Teysseyre ;
de sa belle écriture, elle nous aide en tout cas à rêver les nôtres sur un fond de lagune…
(Michel Baglin)

Partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Les commentaires sont fermés