Mandrake ne peut pas mourir

Bernard Saramon, physicien plutôt iconoclaste, détient depuis des décennies un lourd secret, abandonné dans le sud de la France par Nikola Tesla.
Un inventeur de génie à la réputation sulfureuse malgré ses découvertes fondamentales sur l’électricité, qui, dit‐on, servit même de modèle au créateur de Mandrake, la BD des années trente.
La vie tourmentée de Bernard bascule à nouveau lorsque son fils est arrêté à Toulouse.
Le Pacte est revenu à la charge.
Depuis plus d’un siècle, ses souscripteurs ont toujours surveillé les travaux de Tesla sur l’énergie.
Surtout depuis son passage en 1931 au château de Woolsack, près de Mimizan dans les Landes…
Au pied du mur, Bernard va devoir se battre avec l’appui d’un flic métis, embarqué presque par hasard dans cette affaire.
La rencontre de ce dernier avec l’exécutrice des basses œuvres sera détonante à bien des égards.
On ne s’oppose pas impunément aux intérêts du Pacte, surtout lorsque l’on détient la clé de l’énergie du futur…

(éditions Cairn)

Daniel Contel

Toulousain d’origine, retraité d’une Institution internationale, il a passé l’essentiel de sa carrière d’ingénieur sur le continent africain.

Revenu au pays, il a choisi de mettre son écriture au service de la fiction, de l’imagination, et du polar.

Qui chez lui se déguste dans le Sud, souvent à la frontière entre ombre et lumière.

Donner à lire et aussi à méditer…

Mandrake ne peut pas mourir est son quatrième polar.

Partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Les commentaires sont fermés