Ce pays qu’on assassine

Au cœur de Marseille, on exécute Tarek Bsarani de trois balles dans la tête.
Il était le directeur de campagne d’une jeune députée du Vaucluse, espoir prometteur du Parti National de France.
À l’autre bout du pays, on découvre dans la boue les corps meurtris de deux jeunes Érythréennes.
Deux migrantes égarées sur les routes dévastées de l’exode.
Forte de son expérience et d’une équipe soudée, la commissaire Aïcha Sadia tente de dénouer l’affaire marseillaise, tandis qu’au nord, dans ces territoires laminés par la crise, le capitaine Carole Vermeer, flic fragile et vacillante, bute sur la solitude et le mensonge.
À mesure que l’échéance électorale approche, la tension politique vient brouiller les pistes…

Entre roman politique et roman social, l’auteur tient les fils d’un récit haletant qu’il déroule avec maestria.

(éditions In8)

Gilles Vincent

Après avoir passé trentre-trois ans dans le Nord et onze à Marseille, Gilles Vincent décide, en 2003, de poser valises et stylos dans le Béarn.
Depuis quinze ans, il consacre le plus dense de sa vie à l’écriture.
Il est aussi l’animateur d’ateliers d’écriture en milieu scolaire, en prison, à l’hôpital.
Les pages lues, écrites sont ses poumons, les mots, tout le sang qui l’habite…
Ses polars ont été plusieurs fois récompensés.

Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Partagez...

Les commentaires sont fermés.