Le Club des Cinq et le trésor de l’île

Pour la première fois, François, Mick et Annie vont passer les grandes vacances chez leur tante.

Ils y font connaissance de leur cousine Claude, un vrai garçon manqué.

Accompagnés du fidèle chien Dagobert, ils partent à la découverte du trésor qu’indique une vieille carte trouvée sur l’île de Kernach.

Ils doivent faire vite, car ils ne sont pas les seuls à rechercher le trésor…

Béja

Béja, dessinateur, vit à Toulouse.
Il quitte l’école très jeune pour l’illustration de presse avant de se consacrer exclusivement à la bande dessinée.
Ses participations aux magazines cultes Métal Hurlant et À suivre ainsi que les albums qui en découlent (Les Griffes du hasard, Nolimé Tangéré, Le Poids de l’ombre et Les Compagnons du rêve) ont marqué toute une génération.
Son dessin ligne claire se démarque de ses influences (Jacobs) pour s’affirmer dans un style élégant et sensuel qui arrive à son apogée avec le thriller Fantic, scénarisé par son père Nataël.
Un album pour lequel il reçoit le prix de la bulle d’Or de Brignais et le prix du public au festival de Cajarc.

© Emmanuel Proust Éditions

Nataël

Nataël a commencé par faire des études très sérieuses en informatique, qu’il abandonna pour retourner à la faculté.
Il accumule les diplômes en sciences humaines.
Il choisit la sociologie de l’art pour son troisième cycle et comme sujet de thèse : Les liens entre la littérature et la BD.
Dans les années 1980, Nataël et Béja, son fils, publient aux éditions Jean-Cyrille Godefroy, Ici Terre, un manifeste mythologique, où se mêlent et même fusionnent l’écriture et l’illustration.
De ce travail qui aura duré deux ans naîtra une solide et étroite connivence.
De cette même collaboration sont issus la série Les griffes du hasard (Casterman), Les compagnons du rêve (L’ombre du Mangou – T1, 1990 et La fenêtre oubliée – T2, 1991) ainsi que Nolimé Tangéré.

Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Partagez...

Les commentaires sont fermés.