2017, Nicolas Ancion

Partagez...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someonePrint this page

Son site

Né à Liège, en 1971, Nicolas Ancion étudie la philologie romane de l’Université de Liège.
À vingt- quatre ans, il publie un premier roman, Ciel bleu trop bleu, qui intrigue la critique par sa poésie absurde et cruelle.
De nombreux autres romans ont suivi, pour les adultes comme pour la jeunesse, dont Quatrième étage, couronné par le Prix des Lycéens en 2001 ou Nous sommes tous des playmobiles.
La plupart de ses livres ont été réédités en poche au éditions Pocket.
Pendant que ses textes parcourent le monde, Nicolas voyage aussi et déménage souvent.
Il habite tour à tour Montréal, Bruxelles, Madrid, Liège puis l’Aude, enfin, dans un petit village à côté de Carcassonne, où il s’installe en 2007.
C’est de là qu’il consacre désormais son temps à l’écriture.

En mille morceaux
(Mijade)

Frank abuse des drogues et de l’alcool, Léa, sa petite amie, rêve d’une autre relation, Erik s’engage et s’agite sans jamais écouter les autres, etc.
Ensemble, ils forment un groupe de lycéens qui est brusquement confronté à la mort de l’une d’entre eux.
Face à la brutalité de cette disparition, chacun s’interroge sur ses pratiques, son mode de vie et les risques pris. 

L’ours intérieur
(L’hèbe)

Olivier aimerait partir en vacances le cœur léger, laissant le travail et le quotidien à la maison.
Il n’a pourtant pas le choix, il va devoir finir de dessiner les planches de Zoé et Zelda dans la chambre d’hôtel, pendant que sa femme et ses deux enfants se doreront sur la plage.
Il va devoir passer ses vacances à l’ombre, seul face à son ours intérieur qui le regarde d’un air mécontent.
Seul face à son ours… sauf si le destin en décidait autrement.

 

Les commentaires sont fermés